Mort de Jean-Jacques Beineix, réalisateur de « 37°2 le matin », à l'âge de 75 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Le réalisateur Jean-Jacques Beineix, auteur du film « 37°2 le matin », est décédé à l'âge de 75 ans.
Le réalisateur Jean-Jacques Beineix, auteur du film « 37°2 le matin », est décédé à l'âge de 75 ans.
©OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP

Septième art

Mort de Jean-Jacques Beineix, réalisateur de « 37°2 le matin », à l'âge de 75 ans

Jean-Jacques Beineix est décédé à l’âge de 75 ans. Il avait notamment réalisé le film culte « 37°2 le matin » avec Jean-Hugues Anglade et Béatrice Dalle, adapté de l’œuvre de Philippe Djian.

Le réalisateur Jean-Jacques Beineix, auteur du film « 37°2 le matin », est décédé à l'âge de 75 ans, a annoncé son frère Jean-Claude ce vendredi à l'AFP. Le cinéaste est décédé à son domicile parisien des suites d'une longue maladie, d’après des informations du Figaro.

Jean-Jacques Beineix a marqué des générations entières de cinéphiles avec « Diva » et « 37°2 le matin », l’adaptation du roman de Philippe Djian.

Nommé à neuf reprises aux César, « 37°2 le matin » fut nommé à l'Oscar du meilleur film étranger et révéla Béatrice Dalle, qui incarnait le personnage de Betty.

Dans sa jeunesse, Jean-Jacques Beineix avait entamé des études de médecine. Mai 68 le fait basculer vers le cinéma. Il prépare la prestigieuse école de cinéma IDHEC (aujourd'hui Femis), qu'il rate de peu. Ses premiers projets l'amènent à la publicité. Il réalisera notamment le spot anti-Sida « Il ne passera pas par moi ». Après différents projets, il décidera de quitter le milieu de la publicité.

Durant sa carrière cinématographique, Jean-Jacques Beineix a notamment offert son dernier rôle à Yves Montand avec « IP5 - L'Île aux Pachydermes » en 1992. L'acteur meurt avant la fin du tournage après un infarctus.

En 2001, après neuf ans d'absence, il avait présenté « Mortel Transfert », qui fut un échec critique et commercial.

Ce sera le dernier de ses six longs-métrages sous la bannière de sa société de production, Cargos Films.

Jean-Jacques Beineix avait publié en 2006 « Les Chantiers de la gloire », une autobiographie dans laquelle il revenait notamment sur sa carrière de réalisateur.

Tout au long de son parcours dans l’univers du septième art, Jean-Jacques Beineix aura été écrivain, dialoguiste, scénariste et producteur.

Auteur de plusieurs documentaires, il s'essaiera même au théâtre en 2015 en mettant en scène Kiki de Montparnasse, au Lucernaire à Paris. En 2020, Jean-Jacques Beineix avait publié son premier roman, « Toboggan ».

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !