Météorite : les scientifiques disent qu'on "sous-estime" la menace<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
La météorite qui s'est écrasée dans l'Oural pesait 12 tonnes.
La météorite qui s'est écrasée dans l'Oural pesait 12 tonnes.
©

Portrait-robot

Une équipe d'astronomes a analysé les vidéos amateurs de la météorite qui s'est abattue en Russie en février 2013. On en sait désormais énormément sur l'objet céleste...

Trajectoire, puissance, taille... On sait presque tout de la météorite de Tcheliabinsk, qui a frappé la Terre le 15 février dernier, grâce à une étude publiée cette semaine dans la revue Nature. Les scientifiques ont réussi cette prouesse en passant au crible les nombreuses vidéos amateurs de l'astéroïde. Ce gros caillou mesurait environ 19 mètres de diamètre et pesait 12 000 tonnes. C'est le plus gros objet à avoir percuté notre planète depuis la météorite de la Toungouska en 1908, souligne le Nouvel Obs.

Mais ce que l'on ne savait pas ou peu, c'est que la menace des météorites est en général "sous-estimée". "On estime que ce qui s'est passé à Tcheliabinsk n'arrive que tous les 150 ans. Mais si vous observez vos données et que vous faites des extrapolations, on constate que ce genre de choses semble arriver tous les 30 ans", a expliqué le professeur Brown à la BBC.

"Notre objectif était de comprendre toutes les circonstances qui ont abouti à l'onde de choc qui a envoyé plus de 1 200 personnes dans les hôpitaux de la région de Tcheliabinsk ce jour-là", explique Peter Jenniskens, astronome à la Nasa. L'explosion provoquée par la désintégration de la météorite a été équivalente à environ 600 mille tonnes de TNT. Les chercheurs ont aussi déterminé qu'à son entrée dans l'atmosphère (95 km d'altitude), l'objet céleste filait à 19 kilomètres par seconde.

Lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !