Mel Gibson souhaite que le monde du cinéma lui pardonne après ses propos antisémites | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Mel Gibson souhaite que le monde du cinéma lui pardonne après ses propos antisémites
©Reuters

Rédemption

Mel Gibson souhaite que le monde du cinéma lui pardonne après ses propos antisémites

“Dix ans ont passé. Je me sens bien. Je suis sobre" a-t-il notamment confié au magazine Variety.

Alcool, scandales, bides au cinéma…les dix dernières années de la vie de Mel Gibson auront ressemblé à un long chemin de croix. En 2006, dans un élan alcoo­lisé, le comé­dien avait tenu des propos anti­sé­mites et sexistes où il accu­sait les Juifs d’être à l’ori­gine de tous les conflits du monde. Terminé alors les grands rôles, les block­bus­ters et les récom­penses. Même si l'acteur, qui avait déjà été taxé d'antisémitisme en 2004 après la sortie du controversé La Passion du Christ, avait ensuite présenté ses excuses, ce sombre écart lui avait valu d'être "banni" d'Hollywood et boudé par le public.

Aujourd'hui, "Max Max" souhaite retrouver la paix intérieur (et les sommets du box-office). En pleine tournée pour son nouveau film en tant que réalisateur (Tu ne tueras point", l'histoire vraie de Desmond Doss, interprété par Andrew Garfield, qui s'engage dans l'armée, déterminé à sauver des vies sur la ligne de front en tant que médecin mais qui refuse de porter une arme à feu)), l'Australien a accordé un entretien au magazine Variety. "Agacé", il aimerait qu'on cesse de lui rappeler ses erreurs. “J'étais énervé par mon arrestation. Un policier peu scrupuleux a voulu se faire de l'argent en m'enregistrant de manière illicite. Dix ans ont passé. Je me sens bien. Je suis sobre, tout ça, c’est pour moi quelque chose de vague dans le passé.” assure l'acteur.

Lu sur Variety

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !