Mastectomie d'Angelina Jolie : Christine Boutin s'en moque sur Twitter | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Christine Boutin dérape sur Twitter au sujet de la mastectomie d'Angelina Jolie.
Christine Boutin dérape sur Twitter au sujet de la mastectomie d'Angelina Jolie.
©Reuters

Raillerie

Mastectomie d'Angelina Jolie : Christine Boutin s'en moque sur Twitter

La présidente du Parti chrétien-démocrate s'est attirée les foudres de la twittosphère après s'être moquée de l'opération de l'actrice.

Christine Boutin est d'humeur moqueuse. La présidente du Parti chrétien-démocrate s'est en effet moquée ce mardi de la mastectomie d'Angelina Jolie.

Tout commence après la diffusion sur Le Plus, l'espace participatif du Nouvel Observateur, d'un article écrit par la chroniqueuse Caroline Parlanti intitulé "Angelina Jolie : sa double mastectomie, un message d'espoir pour les femmes". La chroniqueuse explique notamment que l'opération de l'actrice devrait aider "de nombreuses femmes à prendre la même décision" pour éviter les risques de cancer.

L'ancienne ministre s'est alors empressée de reprendre l'article publié sur Twitter pour déclarer sur le site de microblogging "pour ressembler aux hommes ? Rire ! Si ce n'était triste à pleurer !" :

Le message de Christine Boutin est loin d'avoir fait rire et la twittosphère de s'en prendre à la présidente du Parti Chrétien-Démocrate :

Pour rappel, l'actrice américaine Angelina Jolie, âgée de 37 ans, a dévoilé lundi avoir subi une double mastectomie, soit une opération chirurgicale qui consiste à enlever, partiellement ou totalement, le sein. Dans une tribune intitulée "Mon choix médical" publiée dans le New York Times, Angelina Jolie explique qu’elle a subi cette opération car elle porte un gène défectueux qui accroît le risque de cancer. Elle avait notamment 87% de risques de développer un cancer du sein.

Lu sur Métro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !