Mariage gay : au Royaume-Uni, un homme ne pourra pas devenir reine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La Reine Elizabeth II.
La Reine Elizabeth II.
©Reuters

Effet indirect

Mariage gay : au Royaume-Uni, un homme ne pourra pas devenir reine

A la veille des premières mariages gay, le Royaume-Uni toilette ses articles de loi pour éviter qu'un homme devienne "reine" ou "princesse".

Le Parlement britannique a voté en 2013 des lois autorisant le mariage entre personnes de même sexe en Angleterre et au Pays de Galles. Les premiers mariages dans ces deux nations constitutives du Royaume-Uni doivent avoir lieu le 29 mars.

Or, depuis plus de 700 ans, les textes régissant la famille royale indiquent que quand un roi se marie, sa moitié devient automatiquement reine. Idem lorsque le Prince de Galles épouse quelqu'un : cette personne devient la Princesse de Galles. Un principe qui s'étend aux comtes et comtesses, ducs et duchesses, et aux "ladies" (épouses des "sirs").

Les fonctionnaires de Sa majesté ont donc décidé de réécrire la loi, en remontant jusqu'en 1285, pour éviter cette situation. Un travail "de nettoyage", note le Daily Telegraph. Des termes comme "époux", "épouse", "veuf" ou "veuve" doit être remplacés. Dans les faits, les conséquences vont plus loin que la question des titres : un décret du 14e siècle considère comme un "crime de haute-trahison" de coucher avec l'époux de la reine, ou l'épouse du roi. Mais coucher avec l'époux du roi n'aurait pas posé de problème (du moins, pas légalement).

Pour les opposants à la légalisation du mariage homosexuel, cette situation montre bien que les changements introduit par cette évolution de société a "entraîné un désordre complet" dans la loi.

Lu sur The Daily Telegraph

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !