Madrid : Cristiano Ronaldo accusé de fraude fiscale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Madrid : Cristiano Ronaldo accusé de fraude fiscale
©

Justice

Madrid : Cristiano Ronaldo accusé de fraude fiscale

L'attaquant portugais aurait dissimulé pas moins de 14,7 millions d'euros au fisc ibérique.

Après Lionel Messi, c'est Cristiano Ronaldo qui est accusé de fraude fiscale. Selon El Pais, une plainte a été déposée par le procureur de Madrid. L'attaquant portugais, quadruple Ballon d'Or France Football, aurait dissimulé pas moins de 14,7 millions d'euros au fisc ibérique, a annoncé ce mardi la justice espagnole.

Selon le parquet, Ronaldo "a profité d'une structure créée en 2010 pour dissimuler au fisc les revenus générés en Espagne par les droits à l'image, ce qui suppose un non-respect volontaire et conscient de ses obligations fiscales en Espagne".  Il a donc "simulé" la cession de ses droits à l'image à une société appelée Tollin Associates LTD, domiciliée aux Îles Vierges britanniques, dont il était seul actionnaire. Cette société a ensuite cédé l'exploitation effective de ces droits à l'image à une autre société basée en Irlande et appelée Multisports&Image Management LTD, avec "pour finalité l'interposition d'un écran pour occulter à l'Agence fiscale espagnole la totalité des revenus obtenus".

>>> À lire aussi : Mais pourquoi Cristiano Ronaldo est-il incapable de garder ses vêtements sur lui ?

Le parquet espagnol indique que la star de l'équipe du Portugal a déclaré seulement 11,5 millions d'euros de revenus d'origine espagnole entre 2011 et 2014, alors que ces revenus auraient atteint sur ces trois exercices "quasiment 43 millions d'euros". In fine, le joueur de 32 ans est accusé d'avoir "volontairement" refusé d'inclure 28,4 millions d'euros de revenus liés de la cession de ses droits à l'image pour la période 2015-2020 à une autre société, basée en Espagne et baptisée Adifore Finance LTD. 

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !