Luc Besson : le symbole du cinéma Made in France est devenu résident fiscal américain | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le réalisateur français Luc Besson
Le réalisateur français Luc Besson
©Reuters

Fuite des cerveaux

Luc Besson : le symbole du cinéma Made in France est devenu résident fiscal américain

Le réalisateur français s'est installé à Los Angeles depuis plusieurs mois avec sa famille et va devenir résident fiscal américain tout en continuant de payer des impôts pour toutes ses activités restées dans l'Hexagone.

Luc Besson est à l'origine du projet Hollywood sur Seine avec la Cité du Cinéma en Seine-Saint-Denis mais semble avoir des envies d'ailleurs. Le réalisateur a depuis quelques mois déménagé avec sa famille à Los Angeles, la capitale mondiale du cinéma. Luc Besson est devenu résident fiscal américain et un porte-parole d'EuropaCorp confirme cette information : "à partir du moment où la famille de Luc Besson s'installait aux Etats-Unis, le fisc américain le considère nécessairement comme un résident fiscal américain. Il n'est nullement devenu résident fiscal américain pour échapper à l'impôt, car le taux d'imposition y est un peu supérieur à la France : le taux maximal d'imposition est de 53% en Californie".

L'auteur de films populaires comme Taxi, Léon ou le Cinquième Elément est propriétaire de la société de production cinématographique EuropaCorp (avec un chiffre d'affaires de 211 millions d'euros en 2013) et multiplie les projets à l'international. Sa société de production a toutefois doublé le salaire du réalisateur (près de 800 000 euros par an) et le réalisateur échappera totalement aux charges salariales sur le revenu, plutôt élevées en France.

Mais Luc Besson n'a aucune envie de fuir le fisc français et EuropaCorp réfute les arguments du manque de patriotisme fiscal : "comme Luc Besson continue à percevoir d'autres revenus en France, il paye des impôts dessus en France. Il a tenu tant que possible à continuer à payer des impôts en France". Il est vrai que le réalisateur de Banlieue 13 n'a jamais tenté de s'échapper à l'impôt et a au contraire multiplié les projets pour les quartiers défavorisés et le maintien des tournages de films en France et non à l'étranger.

Lu sur BFMTV.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !