Lionel Messi : il est convoqué devant un tribunal dans une affaire d’évasion fiscale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Finance
Lionel Messi : il est convoqué devant un tribunal dans une affaire d’évasion fiscale
©Reuters

La Grande Evasion

Lionel Messi : il est convoqué devant un tribunal dans une affaire d’évasion fiscale

Le footballeur est soupçonné d'avoir caché une partie de ses revenus pour éviter de verser 4,16 millions d'euros au fisc espagnol.

Le footballeur vedette du FC Barcelone, Lionel Messi, et son père Jorge Horacio Messi ont été convoqués vendredi 27 septembre devant un tribunal espagnol pour y être entendus dans une affaire d’évasion fiscale.

Tous les deux sont soupçonnés d’avoir dissimulé à l’Etat espagnol une partie des revenus issus des droits à l’image de l’Argentin entre 2006 et 2009. Une perte, pour le fisc, évaluée à 4,16 millions d’euros. Les Messi rejettent la faute sur l’ex-agent du joueur, Rodolfo Schinocca, alors en charge de la gestion de ses revenus. Ce dernier affirme de son côté avoir cessé de travailler en 2006 pour Lionel Messi, soit avant la période concernée, et accuse le père d’avoir réclamé l’ouverture d’un compte offshore pour gérer la fortune de son fils. Le 14 août, Jorge Horacio Messi a versé 5 millions d'euros "au titre de paiement et intérêts dans le cadre de la procédure en cours", d'après le tribunal. 

"Je suis très tranquille. Je suis en dehors de ça, tout comme mon père. Nous avons nos avocats et nos conseillers qui s'occupent de ces choses-là", avait déclaré Messi en juillet. Selon le magazine Forbes, l'actuel ballon d'or serait le dixième sportif le mieux payé au monde avec 30 millions d’euros de gains annuels – dont 15 millions en salaire et 15,5 millions de revenus commerciaux – derrière son rival du Real de Madrid Cristiano Ronaldo.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !