Les salariés de Buzzfeed font faire grève pour protester contre la fermeture du site | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Les salariés de Buzzfeed font faire grève pour protester contre la fermeture du site
©Jonathan Leibson / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Combat

Les salariés de Buzzfeed font faire grève pour protester contre la fermeture du site

Cette grève reconductible débutera lundi.

Le 8 juin, on apprenait (et les salariés aussi) à la surprise générale que la maison-mère américaine avait décidé de licencier les 14 employés de la filiale française, soit 100 % de l’équipe, et de cesser l’activité en France. Une claque pour ce média en ligne fondé en 2006 à New York, et qui a débarqué en France il y a seulement 5 ans.

Ce samedi, les salariés du site ont annoncé dans un communiqué qu'ils entameront lundi une grève reconductible pour protester contre cette décision. "La France n'est pas les États-Unis, et on ne ferme pas un média d'un claquement de doigts", dénoncent-ils dans ce communiqué de presse. 

Ils réclament "le droit d'être informés loyalement des véritables motifs à l'origine du projet de fermeture", "des mesures d'accompagnement dignes" et "l'indemnisation du préjudice résultant de la perte précipitée de leur emploi". 

Dans le JDD.fr, dimanche dernier, l'avocat Thomas Hollande, spécialisé en droit social, estimait que la fermeture "est fautive" et que les salariés vont tenter "d'empêcher la mise en oeuvre" de celle-ci. Selon lui, la procédure de licenciement économique décidée outre-Atlantique ne respecterait pas le droit français. Il rappelle que les informations qui doivent être données aux représentants du personnel dans un tel cas doivent permettre de comprendre à la fois la situation économique exacte de la société et la motivation véritable du projet de fermeture ; or, ces informations seraient, pour l’instant, "très insuffisantes voire, pour certaines, incompréhensibles".

Lu dans l'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !