Les lunettes d'Audrey Pulvar ont coûté 3 300 euros | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Les lunettes d'Audrey Pulvar ont coûté 3 300 euros
©

On y voit plus clair !

Les lunettes d'Audrey Pulvar ont coûté 3 300 euros

Audrey Pulvar a dévoilé le prix de ses lunettes lors d'une émission télévisée, ce jeudi. En octobre, les médias prétendaient que la paire coûtait plus de 12 000 euros.

L'affaire des lunettes avait passionné la presse en octobre dernier. En effet, Audrey Pulvar arborait des lunettes sur-mesure provenant de la marque français Bonnet. Les médias prétendaient alors que les prix de cette marque oscillaient entre 12 000 et 15 000 euros ce que la principale intéressée n'avait jamais démenti. Pourtant, c'est ce qu'elle vient de faire ce jeudi dans l'émission A nous deux, sur France Ô. "Je vais vous dire ce que je n'ai encore jamais dit à personne. C'est 3300 euros dont 500 euros de verres. C'est ça le vrai prix des lunettes", a affirmé l'ancienne compagne d'Arnaud Montebourg avant d'ajouter : "quand je les ai achetées, je me disais que je me fais un superbe cadeau".

La désormais ex-rédactrice en chef du magazine Les Inrockuptibles a d'ailleurs fustigé Technikart et Le Canard enchaîné "qui est censé être un bon journal". Ces deux derniers estimaient alors les lunettes à 15 000 euros. L'hebdomadaire avait titré "Que fait le ministre du redressement ophtalmologique ?". "Je fais ce que je veux avec l'argent que je gagne", avait alors rétorqué la principale intéressée sur son compte Twitter. Franck Bonnet, représentant de la quatrième génération de lunetiers qui travaille toujours à la main, affirmait début décembre que sur ce modèle, "on est plutôt autour de 5000 euros". Selon l'entreprise, les prix varient entre 3500 et 30 000 euros.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !