Le visage de La Joconde pourrait cacher celui d'une illustre inconnue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
L'ingénieur français Pascal Cotte analyse La Joconde avec précision depuis plus de dix ans.
L'ingénieur français Pascal Cotte analyse La Joconde avec précision depuis plus de dix ans.
©

Éternel mystère

Le visage de La Joconde pourrait cacher celui d'une illustre inconnue

"Il y a un portrait dissimulé derrière Mona Lisa, un visage qui n'a ni le sourire ni le regard en biais qui l'ont rendue célèbre" révèle ce mercredi la chaîne britannique BBC News.

L'ingénieur français Pascal Cotte mène depuis des années une analyse précise de La Joconde grâce à une technique d'imagerie appelée L.A.M. (Layer Amplification Method). A l'aide de sa caméra multispectrale, capable de numériser un tableau avec une qualité macrophotographique de 240 millions de pixels jusqu'alors jamais atteinte, le spectre lumineux n'est plus décomposé en trois couleurs, mais en douze (dont l'infrarouge). L'ingénieur est donc en mesure de distinguer les différentes couches de peinture successives, mais aussi les coups de pinceau superposés et à déterminer la chronologie de la composition.

"Il y a un portrait dissimulé derrière Mona Lisa, un visage qui n'a ni le sourire ni le regard en biais qui l'ont rendue célèbre" révèle ce mercredi la chaîne britannique BBC News. Une affirmation qui n'a pas manqué de susciter la curiosité du monde de l'art.

Selon Pascal Cotte, il existe bien un premier visage dissimulé sous celui que l'on connaît. "Nous sommes désormais capables d'analyser exactement ce qui se passe sous différentes couches de couleurs et de photographier des couches invisibles. Nous pouvons reconstituer la chronologie de la création d'une œuvre (…) Lorsque j'ai terminé l'analyse des couches successives de l'œuvre, je me suis retrouvé face au portrait que l'on connaît et il m'est apparu clairement que les deux visages n'avaient strictement rien à voir : ce n'est pas la même femme" explique-t-il à la BBC. C'est ainsi qu'il a pu découvrir, avec l'aide de son équipe et de l'infrarouge, la présence de sourcils, ou encore la présence de dentelles au niveau du décolleté de la jeune femme.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !