Le père du Web s'attaque à la surveillance sur internet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Le père du Web s'attaque à la surveillance sur internet
©

Trop puissant

Le père du Web s'attaque à la surveillance sur internet

Tim Berners-Lee, inventeur du World Wide Web voit sa créature lui échapper…

Tout était parti d'une bonne idée, au tournant des années 1990 : mettre le monde en réseau, permettre les échanges quasi-instantanés et briser les frontières. Pour l'inventeur du  fameux "www", le citoyen britannique Tim Berners-Lee, le web était avant tout une plateforme de discussions pour la communauté scientifique.

27 ans plus tard, internet est bien une révolution mais n'a plus grand chose à voir avec ses débuts. De quoi émouvoir l'informaticien de génie. "Les revenus publicitaires sont devenus la principale source de revenus d’un trop grand nombre d’acteurs du Web" s'est-il plaint lors d'une conférence à San Frasnsisco. "Tout le monde assume que le consommateur d’aujourd’hui est obligé de passer un deal avec un énorme appareil marketing en échange de services gratuits, quand bien même nous sommes horrifiés de ce qui est fait de nos données."

Et de se lancer dans une vaste critique de sa "créature" : "Le Web contrôle ce que les gens regardent. Il crée des mécanismes sur la manière dont les gens interagissent. Le Web aurait pu être magnifique mais le cyber-espionnage, le filtrage des sites Web, les recommandations de contenus qui vous emmènent sur les mauvais sites sapent complètement l’esprit qui vise à aider les gens dans la création, souligne-t-il. "Le problème provient du fait qu’il est dominé par un seul moteur de recherche, Google, un seul service de microblogging, Twitter, un réseau social. Notre problème n’est pas technologique, il est social." Désormais, Tim Berners-Lee invite les acteurs du Web à reprendre ce dernier en main.

Lu sur Zdnet

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !