Le journaliste vedette de la chaîne NBC admet avoir menti sur son expérience en Irak | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Le journaliste s'est excusé sur sa chaîne
Le journaliste s'est excusé sur sa chaîne
©NBC

Fantasme

Le journaliste vedette de la chaîne NBC admet avoir menti sur son expérience en Irak

Brian Williams prétendait que l'hélicoptère dans lequel il se trouvait en 2003 avait été abattu. L'armée a démenti.

Brian Williams avait-il besoin de passer pour un vrai dur ? Celui qui a essuyé des tirs alors qu'il traversait l'Irak en hélicoptère ? En tout cas, c'est bien ce qu'il assurait en 2013 sur la chaîne NBC où il est le présentateur vedette. "Nous étions en formation avec plusieurs hélicoptères. Deux ont été abattus par des tirs, dont celui à bord duquel je me trouvais" expliquait-il. "L'équipe de NBC avec laquelle j'étais a alors été secourue par une équipe de la troisième infanterie de l'armée américaine.U.S."

Une fois, ça passe. Mais lorsqu'il a réitéré ces propos, le 30 janvier dernier, lors d'un hommage à un soldat, certains ont voulu remettre les pendules à l'heure. "Désolé mon gars, je ne me souviens pas de toi dans mon hélicoptère" écrit sur Facebook le soldat Lance Reynolds, ingénieur de vol. "Je me souviens que tu t'es réveillé une heure après notre atterrissage en me demandant ce qui s'était passé." Plusieurs autres témoignages remettent en cause la bravoure du journaliste américain.

Piégé, ce dernier s'est résigné à présenter ses excuses sur Facebook. "Vous avez absolument raison et j'ai tord. J'ai passé une bonne partie de mon weekend en me répétant que j'étais en train de devenir fou" explique-t-il, jugeant que le "visionnage constant des images" le montrant sur le lieu de l'impact et le "brouillard" dans sa mémoire lui avait fait mélange deux histoires.

Grand reporter et présentateur vedette, Brian Williams officie depuis 12 ans sur NBC, chaîne sur laquelle il a officiellement présenté ses excuses.

Lu sur USA Today

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !