Le ginkgo biloba augmenterait le risque de crises chez les épileptiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Le ginkgo biloba augmenterait le risque de crises chez les épileptiques
©

Effets pervers

Le ginkgo biloba augmenterait le risque de crises chez les épileptiques

Considéré comme faisant partie de la plus ancienne espèce d'arbre connue, le ginkgo est régulièrement utilisé comme remède à de nombreux problèmes de santé.

L'information a été publiée dans le Journal des produits naturels... et elle a de quoi alerter les amateurs de ginkgo biloba. D'après une équipe de chercheurs de l'université de Bonn (Allemagne), les produits tirés des feuilles de ginkgo biloba ont été impliqués à de multiples reprises dans des cas de crises d'épilepsie. Pour vérifier ce lien entre ginkgo biloba et épilepsie, les chercheurs se sont intéressés à un composant chimique de cette feuille, la ginkgotoxine. Selon eux, cette toxine pourrait détériorer le système d'alerte chimique lié aux crises épileptiques, et amoindrir l'efficacité des médicaments qui permettent d'éviter les crises.

Pour couronner le tout, les chercheurs rappellent que les effets du ginkgo biloba sur la santé n'ont pas été prouvés. Alors que les feuilles de ginkgo biloba sont utilisées dans la médecine chinoise depuis l'Antiquité, elles sont généralement consommées pour leurs effets positifs sur la dépression, la perte de mémoire ou encore les maux de tête.

Malgré les recherches de l'équipe allemande, il n'y a toujours pas de preuve incontestable indiquant que le ginkgo biloba augmente le nombre de crises d'épilepsie. Par prudence, cependant, il serait bon d'informer les malades des risques qu'ils encourent, et d'encourager les fabricants à tester la quantité de ginkgotoxine présente dans leurs produits.

Lu sur la BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !