Le divorce le plus cher de l'Histoire pourrait coûter 17 milliards de dollars | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Le divorce le plus cher de l'Histoire pourrait coûter 17 milliards de dollars
©Reuters

Quitte ou double

Le divorce le plus cher de l'Histoire pourrait coûter 17 milliards de dollars

Harold Hamm fait partie de ces milliardaires aventuriers qui ont fait fortune dans le pétrole. Depuis l'annonce de son divorce, après 25 ans de mariage, il se livre à une bataille judiciaire interminable qui pourrait lui coûter très cher.

Après avoir réalisé des profits colossaux depuis la fondation de sa société "Continental Resources" en 1967, Harold Hamm compte parmi les 50 personnes les plus riches du monde. L'issue de son divorce repose pourtant sur une question assez simple: si le tribunal arrive à la conclusion que la fortune de l'intéressé provient uniquement du fruit de son travail, celle-ci pourrait faire l'objet d'une division équitable entre les deux époux.

Si au contraire, le tribunal considère que sa fortune colossale provient de facteurs "passifs" (qui ont échappé à son seul contrôle), Harold Hamm en restera pleinement propriétaire. Le procès qui oppose Mr. Hamm et son épouse, une avocate nommée Sue Ann, se tient depuis deux semaines dans une discrète salle d'audience du tribunal d'Oklahoma City et pourrait bien plonger dans la tourmente l'homme qui dispose d'une des plus grandes fortunes personnelles au monde. Celle-ci s'élève en effet à près de 20 milliards de dollars.

Le poids de sa société a par ailleurs été multiplié par 5 au cours des dernières années, pour atteindre une valeur de 17 milliards de dollars. Il s'agit précisément de la somme que l'homme pourrait avoir à débourser pour son divorce...

Lu sur NBC News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !