Le dessinateur Tomi Ungerer est décédé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Le dessinateur Tomi Ungerer est décédé
©PATRICK HERTZOG / AFP

Disparition

Le dessinateur Tomi Ungerer est décédé

Le célèbre auteur et dessinateur strasbourgeois Tomi Ungerer s'est éteint dans la nuit.

Le dessinateur, auteur et illustrateur français Tomi Ungerer, est mort à l'âge de 87 ans cette nuit à Cork, en Irlande, au domicile de sa fille, a annoncé son ancien conseiller, Robert Walter. Agé de 87 ans, il a été retrouvé inanimé dans son lit à 9h samedi matin. Il laisse derrière lui une œuvre immense dont un musée à Strasbourg assure le rayonnement.

Considéré comme l'un des plus brillants dessinateurs de sa génération, il a mené depuis 1957 une carrière internationale dans de nombreux domaines de l'art graphique. Il est notamment l'auteur des célèbres livres pour enfants Les Trois brigands et Jean de la Lune. Il a réalisé au total près de 40.000 dessins, allant de la littérature de jeunesse à la publicité, en passant par les peintures satiriques, les affiches politiques et les dessins érotiques. "C'était un génie universel, un homme qui était doué en tout. Il aimait la littérature, il disait 'J'écris ce que je dessine et je dessine ce que j'écris'", a témoigné à l'AFP son ami et conseiller Robert Walter. Créateur multiforme, il s'est également intéressé à la sculpture et a écrit de nombreux textes, dont certains sont autobiographiques.

"C’était non seulement un énorme artiste, mais c’était aussi un homme qui incarnait la complexité de l’Alsace, sa double culture. On l’imaginait éternel, et voilà qu’il nous quitte", a réagi Alain Fontanel, premier adjoint au maire de Strasbourg, en charge de la Culture, dans les DNA.

Tomi Ungerer a vécu aux Etats-Unis et au Canada avant de s'installer en Irlande dans les années 1970, pays d’où est originaire sa femme.

Les DNA

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !