Le Danemark va totalement interdire la zoophilie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Un poney.
Un poney.
©YouTube

30 millions d'amants

Le Danemark va totalement interdire la zoophilie

Jusqu'alors la pratique sexuelle était tolérée dans le pays tant que l'animal ne souffrait pas…

Crainte d'un tourisme sexuel ou protection des animaux ? Un peu des deux. Le Danemark a décidé d'interdire à 100% la zoophilie sur son territoire afin de s'aligner sur la législation des pays voisin et pour protéger les animaux. Jusqu'alors la pratique était légale tant que la souffrance de l'animal n'était pas avérée.

"Je propose une modification de la loi sur la protection des animaux afin de préciser explicitement que les relations sexuelles avec les animaux ne sont plus autorisées", a communiqué le ministre de l'Agriculture, Dan Jorgensen. Le ministre prend alors pour argument la législation des autres pays d'Europe, comme la Norvège, la Suède, l'Angleterre, l'Allemagne ou la France : "Alors que les règles ont été renforcées dans le reste de l'Europe, il y a un risque que le Danemark soit considéré comme un refuge pour les personnes ayant ce penchant". Le ministre précisant qu'il veut "envoyer un signal clair", que "le Danemark n'est pas un refuge pour les gens qui veulent exploiter les animaux sexuellement".

Une décision qui intervient alors que le Parlement danois avait refusé d'amender la loi sur la protection des animaux, l'estimant suffisante. Selon les sondages, une large majorité de Danois seraient favorable à une législation plus stricte, le gouvernement dispose également d'une majorité à l'Assemblée pour modifier la loi. "Les animaux doivent être traités avec respect et soin et ont droit à une protection particulière parce qu'ils ne peuvent dire non", conclut le ministre de l'Agriculture. 

Lu sur francetvinfo.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !