Le al-Basheer Show, l'émission satirique irakienne qui se bat contre l'Etat islamique avec humour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le al-Basheer Show, l'émission satirique irakienne qui se bat contre l'Etat islamique avec humour
©Capture d'écran

Un combat par l'humour

Le al-Basheer Show, l'émission satirique irakienne qui se bat contre l'Etat islamique avec humour

Selon Ahmad al-Basheer, "les armes ne sont pas la meilleure solution".

L'un commande un jus de pomme, l'autre un verre d'eau halal, le serveur comprend le message et leur amène deux verres d'alcool. Voici un aperçu des sketchs de l'émission satirique irakienne al-Basheer Show qui "tente de casser l’image" des combattants de l'Etat islamique. Leur objectif : parodier les djihadistes qui prétendent servir l'organisation terroriste au profit de l'application de la charia. "Nous combattons l’EI avec notre comédie satirique", explique  Ahmad al-Basheer, un ancien journaliste qui estime que "les armes ne sont pas la meilleure solution". C'est donc depuis un studio basé à Amman, la capitale jordanienne, que l'équipe de 24 personnes prépare et peaufine ses sketchs suivis chaque semaine, par des millions d'irakiens.

Selon Ahmad al-Basheer, les dirigeants de l'Etat islamique "pensent être des personnes très sacrées. Mais si l’on se moque d’eux (...) leurs auréoles tomberont et ils redeviendront de simples humains. C’est pour ça qu’ils pensent que nous sommes un danger". Pourtant cet engouement à un prix, celui des menaces. "La plupart des menaces nous proviennent de l’EI ou de personnes loyales aux milices […] Nous nous sommes habitués. Après chaque nouvel épisode, nous recevons de nouvelles menaces", a-t-expliqué, décidé à poursuivre son activité.

Lu sur JeanMarcMorandini.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !