La touchante photo d'un policier réconfortant son cheval en train de mourir émeut le web et devient virale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La touchante photo d'un policier réconfortant son cheval en train de mourir émeut le web et devient virale
©Gianni Giansanti / Agence Sygma

Chevaleresque

La touchante photo d'un policier réconfortant son cheval en train de mourir émeut le web et devient virale

Charlotte, qui faisait partie de la brigade montée de Houston, a été percutée par une voiture jeudi dernier. Son cavalier a tenu à l'accompagner durant son agonie.

La photo tirerait des larmes même aux plus insensibles. Le cliché d'un policier américain allongé aux côtés de son cheval en train de mourir a fait le tour du web en quelques heures, devenant virale.

Un article du journal Washington Times donne plus de précision sur cette histoire. Charlotte faisait partie des chevaux de la brigade montée de la police de Houston. Jeudi dernier, elle accompagnait dans les rues l'officier D. Herrejon, quand effrayée par une bétonneuse, la bête a cabré, projetant son cavalier au sol. Elle s'est ensuite enfuie paniquée dans les rues avant de de se faire percuter de plein fouet par une voiture.

L'officier Herrejon s'est alors allongé à ses côtés, enserrant sa tête et accompagnant ses derniers instants. Une photographie de la scène a été partagée samedi sur les réseaux sociaux par une ligue de protection des animaux, et a partagée des milliers de fois en quelques heures.

Le Facebook du département de la police de Houston précise que Charlotte est arrivée en provenance au Texas en provenance du Tennessee lorsqu'elle avait deux ans, qu'elle était toujours prête à effectuer son travail et à mettre les "bad guys" en prison, et qu'elle a fidèlement servi les citoyens de Houston durant 4 ans.

Lu sur The Washington Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !