La tombe de Claude François vandalisée à Dannemois en Essonne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La tombe de Claude François vandalisée à Dannemois en Essonne
©

Pas sympa

La tombe de Claude François vandalisée à Dannemois en Essonne

Des actes de vandalisme ont été commis dans la nuit de samedi à dimanche contre les plaques commémoratives et les ornementations florales de la tombe du chanteur à Dannemois en Essonne.

Le chanteur doit se retourner dans sa tombe. Cette dernière a en effet été vandalisée dans la nuit de samedi à dimanche. L’un des propriétaires de l’ancienne maison de Claude François a ainsi indiqué que la famille de la star allait déposer plainte pour les actes de vandalisme qui ont été commis contre les plaques commémoratives mais aussi les ornementations florales de la tombe du chanteur à Dannemois en Essonne.

Julien Lescure, qui s’occupe de gérer avec ses parents l’ancienne demeure de Claude François transformée depuis en musée, a ainsi déclaré à l’AFP : "Claude François Junior (l'un des fils de la vedette) m'a contacté ce matin (dimanche). Il va nous donner pouvoir pour déposer plainte. Nous le ferons mardi ou mercredi" ajoutant que plusieurs plaques commémoratives ont été cassées, des gerbes renversées et des fleurs arrachées.

Les forces de l’ordre ont trouvé sur les lieux du saccage des empreintes ainsi que du sang. La personne se serait coupée avec les plaques commémoratives.

Pour rappel, chaque année à la même période – le 11 mars – des fans du chanteur se recueillent sur la tombe de Claude François pour célébrer l’anniversaire de sa mort. C’est en effet un véritable lieu de pèlerinage. La demeure transformée en musée servait notamment de havre à la star entre ses tournées.

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !