La popularité de Facebook baisse chez les adolescents | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Il y a de moins en moins d'ados sur Facebook.
Il y a de moins en moins d'ados sur Facebook.
©Reuters

C'est ghetto

La popularité de Facebook baisse chez les adolescents

88% des Américains de 13-17 ans sont sur Facebook, contre 94% en 2013 et 95% en 2012, selon une étude.

Alors que la population des adolescents s'érode sur Facebook, elle augmente sur Twitter et sur les applications de messagerie, montre une étude publiée cette semaine par Frank N. Magid Associates Inc.

Ce désamour des "teens" n'est  pas vraiment une surprise : depuis l'année dernière, Facebook ne mentionne plus l'utilisation de son service par cette tranche démographique devant ses investisseurs... Une politique de l'autruche qui risque de ne pas durer : "Quand on regarde Facebook, on se dit 'wow, y'a vraiment quelque chose qui a changé en 2014. Si les gosses commence à passer tant de temps sur les applications de messageries, ça risque de faire des dégâts chez certain", alerte Tero Kuittinen, l'un des responsables du cabinet Frank N. Magid Associates Inc.

Les applications Facebook et Messenger (son service de messagerie) sont les plus utilisées en volume, indique l'étude. Mais 55% des utilisateurs ont moins de 37 ans. Ce pourcentage passe à 86% chez les utilisateurs de Snapchat et 83% chez ceux de Kik Messenger.

L'une des raisons avancées par l'étude est le manque de confiance des jeunes envers Facebook. Seulement 9% d'entre eux considèrent le service comme "sûr" et "digne de confiance", alors qu'ils sont 30% à accorder ces qualités à Pinterest. Instagram et Pinterest sont aussi vus comme "fun" par 40% des sondés, contre seulement 18% pour Facebook.

Tero Kuittinen explique néanmoins que Facebook a tellement imprégné nos vies que sa chute d'audience sera lente.

 

Lu sur Bloomberg

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !