La moitié des opérateurs de trottinettes électriques ont suspendu leur activité dans la capitale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La moitié des opérateurs de trottinettes électriques ont suspendu leur activité dans la capitale
©PHILIPPE LOPEZ / AFP

Paris libéré !

La moitié des opérateurs de trottinettes électriques ont suspendu leur activité dans la capitale

Le nombre d'acteurs sur le marché de la trottinette vient de se réduire à Paris. La moitié des opérateurs présents dans la capitale ont suspendu ou arrêté leur service.

Après les polémiques suite à la prolifération des trottinettes électriques dans l'espace public, six opérateurs sur douze ont décidé de suspendre leur activité à Paris. 

Selon des révélations des Echos, les entreprises Bolt, Tier, Wind, Hive, Ufo et Voi ne proposent plus leurs trottinettes dans la capitale. 

Le nombre d'acteurs présents sur le marché à Paris aurait contraint certaines entreprises à se retirer du marché parisien face au manque de rentabilité. 

La maire de Paris Anne Hidalgo a également dévoilé récemment un certain nombre de mesures restrictives afin d'encadrer l'utilisation des trottinettes électriques.

Anne Hidalgo a ainsi proposé une charte de bonne conduite et différentes mesures comme l'interdiction de stationnement sur les trottoirs, l'interdiction de circuler dans les jardins et dans les parcs ou bien encore une réglementation du port du casque.   

Ces règles ont pu décourager les différents opérateurs de trottinettes électriques à Paris. L'opérateur Bolt a aussi évoqué des coûts de maintenance trop élevés ainsi que le "fléau du vandalisme", selon Les Echos. La durée de vie des trottinettes électriques à Paris est d'environ trois mois. 

D'après des informations du Huffington Post, trois opérateurs pourront bénéficier d'un appel d'offres dans les mois à venir avec un objectif de 10.000 à 15.000 trottinettes maximum d'ici 2020 dans les rues de Paris.  

Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !