L'épave retrouvée au large d'Haïti n'est pas le navire de Christophe Colomb | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Une réplique de la Santa Maria
Une réplique de la Santa Maria
©Reuters

Mystère

L'épave retrouvée au large d'Haïti n'est pas le navire de Christophe Colomb

Des archéologues américains avaient affirmé avoir repéré la nef du navigateur au nord des côtes haïtiennes en mai dernier.

Mais où se trouve donc la fameuse Santa Maria ? La question risque de perdurer. L'embarcation la plus robuste des trois caravelles qui ont permis à Christophe Colomb et son équipe de découvrir le Nouveau monde en 1492 s'est échouée sur un récif de la mer de Caraïbes, au mois de décembre de la même année. Depuis, le bateau reste introuvable : seule son ancre, exposée au musée de Port-au-Prince, a été retrouvée.

En mai dernier, un espoir de percer le mystère était pourtant né. Des archéologues américains déclaraient à l'époque avoir repéré l'épave de la Santa Maria au nord des côtes haïtiennes. "Tous les éléments géographies, topographiques et archéologiques suggèrent qu'il s'agit bien du fameux navire amiral de Colomb", déclarait Barry Clifford, l'archéologue responsable de la mission. Une version que vient de doucher l'Unesco...

A la demande des autorités haïtiennes, l'organisation des Nations unies avait lancé le 23 juin une mission pour évaluer l'état de l'épave. Après des fouilles sous-marines menées du 9 au 14 septembre, les experts ont conclu que "les éléments de fixation trouvés sur le site (…) témoignent d'une technique d'assemblage remontant à la fin du XVIIe ou du XVIIIe siècle". "L'épave présentée comme celle de la Santa Maria ne peut être la nef de Christophe Colomb", scelle le rapport de l'Unesco. La chasse (au trésor) reste donc ouverte.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !