L'Elysée veut vendre des goodies | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
L'Elysée veut vendre des goodies
©LUDOVIC MARIN / AFP

Consommation

L'Elysée veut vendre des goodies

Le palais a déposé à l'INPI la marque "Elysée - Présidence de la République".

La marque "Elysée - Présidence de la République" pourrait être déclinée en produits dérivés, selon La Lettre A et Le Canard enchaîné. L'objectif : rénover les vieillissantes bâtisses de la rue du Faubourg Saint-Honoré. En effet, même s'il était déjà possible d'acheter des mugs, crayons ou encore des briquets, l'actuelle présidence, sous l'impulsion du directeur de cabinet Pierre Rodza, souhaite élargir les possibilités de ventes. Un appel d'offre a donc été publié dans l'optique de produire "un mandat d'agent de licences pour la définition d'une stratégie de marques et sa mise en œuvre". 

Le "ciblage marketing" s'adressera aux "citoyens français de 7 à 77 ans"

Une plateforme en ligne sera normalement accessible le 15 septembre prochain et dont les produits exposés seront en concordance avec les "valeurs qui sont celles de la France : liberté, égalité, fraternité" explique l'Elysée, cité par Le Canard enchaîné. Le "ciblage marketing" s'adressera aux "citoyens français de 7 à 77 ans", les "passionnés de la France à l'international" avec toutefois une prédisposition pour la "jeunesse de 5 à 15 ans". Cependant, la nature des nouveaux produits n'a pas encore été transmise par la présidence. 

En France, Nicolas Sarkozy fut le pionnier de cette commercialisation de l'idée de présidence. En effet, dès 2010, il était possible de se procurer des montres, bijoux, maroquinerie, vaisselle, vêtements et chaussures. Bon nombre d'instances internationales ont également su tirer profit de cette stratégie marketing. Par exemple, l'ONU vend dans ses locaux des produits dérivés. Les bénéfices sont destinés à la rénovation de locaux ou alors à des programmes humanitaires.
Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !