L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Juan Carlos roi d'Espagne
Juan Carlos roi d'Espagne
©PEDRO LADEIRA / AFP

Enquêtes en cours

L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne

Juan Carlos aurait annoncé son intention de quitter le pays, dans un courrier adressé à son fils. La justice suisse et la justice espagnole enquêtent sur une centaine de millions de dollars qui auraient été secrètement versés à Juan Carlos par l'Arabie saoudite.

Soupçonné de corruption et sous le coup d'une enquête de la Cour suprême, l'ancien roi d'Espagne Juan Carlos a annoncé sa décision de quitter le pays dans une lettre adressée à son fils, le souverain Felipe VI, citée par la Maison Royale.

D’après El Pais, qui a consulté en avance le communiqué de la famille royale d’Espagne, Juan Carlos a bien annoncé sa décision de quitter le pays dans une lettre adressée à son fils :

"Guidé à présent par la conviction de rendre le meilleur service aux Espagnols, à leurs institutions, et à toi en tant que Roi, je t'informe de ma décision réfléchie de m'exiler, en cette période, en dehors de l'Espagne", selon Juan Carlos, cité dans le communiqué de la Maison Royale.

Juan Carlos Ier a régné pendant près de 40 ans en Espagne. Il avait accédé au trône après la mort du dictateur Francisco Franco en 1975. Juan Carlos avait abdiqué en juin 2014 en faveur de son fils, sur fond de scandales.

La justice, en Suisse et en Espagne, enquête notamment sur une centaine de millions de dollars qui auraient été secrètement versés sur un compte en Suisse à Juan Carlos Ier par l'Arabie saoudite. En 2018, la presse espagnole avait révélé que Juan Carlos aurait touché une rétro-commission lors de l'attribution en 2011 à des entreprises espagnoles d'un contrat pour un train à grande vitesse entre les villes de La Mecque et Médine.

La justice cherche à savoir si l'ancien monarque peut être inclus dans ce dossier, alors qu'il était protégé par son immunité jusqu'au moment de son abdication en faveur de son fils Felipe, en 2014. Cette procédure dérive d'une enquête menée par le parquet anti-corruption espagnol.

Les modalités, les circonstances de ce départ et la future destination de Juan Carlos restent encore floues. 

Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !