L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
©Chris Delmas / AFP

Discrimination

L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire

Elle a reçu "seulement" 500.000 dollars pour une émission spéciale dédiée au stand-up.

L'humoriste et actrice américaine Monique Hicks, connue sous le pseudo de Mo'Nique, a  annoncé jeudi avoir déposé une plainte pour discrimination salariale contre la plateforme de vidéo à la demande Netflix. Elle accuse Netflix de lui avoir proposé un contrat "au rabais" en raison de son sexe et de sa couleur de peau : début 2018, elle a perçu, dit-elle, la somme "discriminatoire" de 500.000 dollars pour son émission spéciale dédiée au stand-up.

"Je devais faire un choix : je pouvais accepter ce que je considérais comme de la discrimination salariale ou je pouvais défendre ceux qui m'ont précédé et ceux qui me suivront. J'ai choisi de les défendre", a-t-elle écrit sur son compte Instagram.

Dans sa plainte déposée auprès d'un tribunal de Los Angeles, elle accuse Netflix de "perpétuer les différences de salaires imposées aux femmes noires". "Il semble y avoir une limite à la volonté de Netflix de rémunérer le talent de certaines catégories de population, en l'occurrence les femmes noires", estime la plainte, citant des offres bien supérieures qui auraient été faites à des humoristes masculins, comme Jerry Seinfeld, Eddie Murphy et Ricky Gervais.

Netflix a démenti catégoriquement ces accusations. "Nous sommes profondément attachés à l'inclusion, l'équité et la diversité, et nous prenons très au sérieux toute accusation de discrimination", a souligné un porte-parole de Netflix à l'AFP.  "Nous croyons que notre offre initiale à Mo'Nique était équitable, raison pour laquelle nous allons nous défendre contre cette plainte", a-t-il ajouté.

Pure Medias

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !