Kim Kardashian a lancé sa propre gamme de masques et connaît une rupture de stock en l’espace d’une heure | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Kim Kardashian a lancé sa propre gamme de masques et connaît une rupture de stock en l’espace d’une heure
©ANGELA WEISS / AFP

SKIMS

Kim Kardashian a lancé sa propre gamme de masques et connaît une rupture de stock en l’espace d’une heure

La star Kim Kardashian a lancé une ligne de masques de protection en tissu correspondant à différents teints de peau. Ils ont été en rupture de stock en une heure à peine.

En pleine épidémie de Covid-19, Kim Kardashian a commercialisé une ligne de masques en tissu afin de se protéger efficacement contre le coronavirus. Selon des informations de CNews, l'intégralité du stock a été vendu en à peine une heure.

Mis en vente sur son site SKIMS, les masques de Kim Kardashian proposaient cinq couleurs différentes, qui correspondent à différentes teints de peaux.

Les masques étaient vendus 8 dollars l'unité. Toutes les teintes se sont retrouvées rapidement en rupture en à peine quelques minutes seulement, après la mise en vente. 

Face à un tel engouement, Kim Kardashian a publé un message sur Twitter : 

"Malheureusement, nous sommes en rupture de stock mais nous travaillons avec notre partenaire à Los Angeles pour produire plus de masques aussi rapidement que possible. Les prochains seront disponibles la semaine prochaine". 

L'épouse de Kanye West vient donc officiellement de se lancer dans la commercialisation de masques de protection face à cette épidémie de coronavirus. 

Kim Kardashian et sa plateforme SKIMS se sont également engagées à faire un don de 10.000 de ces masques à quatre associations américaines. Ce geste doit permettre de soutenir "le travail humanitaire contre la Covid-19 et aider à protéger ceux qui sont sur le front."

CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !