Kate Middleton seins nus : non, il n'y a pas eu de perquisition chez Closer, selon Mondadori | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Les clichés ont provoqué la colère de Buckingham et une plainte a été déposée au pénal par le couple princier lundi.
Les clichés ont provoqué la colère de Buckingham et une plainte a été déposée au pénal par le couple princier lundi.
©

Démenti

Kate Middleton seins nus : non, il n'y a pas eu de perquisition chez Closer, selon Mondadori

Le Point affirmait que la police s'était rendue sur les lieux du magazine pour y effectuer une perquisition dans le cadre de l’enquête sur les clichés volés de la duchesse de Cambridge publiés dans Closer.

Suite à la publication de photos de Kate Middleton topless par Closer, le Point affirmait ce mercredi que la police avait effectué une perquisition judiciaire dans les locaux du magazine people à Montrouge, en région parisienne, dans le cadre de l’enquête.

Mais le groupe de presse Mondadori, propriétaire du magazine, dément cette information. «Il n'y a pas eu de policiers dans les locaux de Closer. Il n'y a pas eu de perquisition. Le parquet de Nanterre a également démenti cette info du Point».

Publiés sur cinq pages par Closer la semaine dernière, les clichés ont provoqué la colère de Buckingham et une plainte a été déposée au pénal par le couple princier lundi. Une enquête préliminaire a été ouverte le lendemain par le parquet de Nanterre pour connaitre l'auteur des clichés et savoir combien de copies existent.

D'abord assigné en référé, Closer a été interdit mardi de «céder, diffuser, par tous moyens, sur tout support, auprès de quiconque et de quelque manière que ce soit, notamment sur des tablettes numériques, les photographies» représentant la princesse Kate Middleton seins nus. Le magasine a obligation de les remettre à la famille princière britannique.

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !