Kanye West aurait fait une "crise de nerfs" en marge de la New York Fashion Week et aurait licencié 30 personnes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Kanye West aurait fait une "crise de nerfs" en marge de la New York Fashion Week et aurait licencié 30 personnes
©Reuters

NYFW

Kanye West aurait fait une "crise de nerfs" en marge de la New York Fashion Week et aurait licencié 30 personnes

La prestation ratée de l'artiste aurait été à l'origine du "craquage".

Le rappeur Kanye West aurait été victime d'une terrible "crise de nerfs" en marge de la New-York Fashion Week. Selon une source du New-York Post, 30 personnes auraient perdu leur emploi des suites de la colère de l'artiste.

A l'origine de la crise : la prestation ratée de son défilé de mode, Yeezy Season 4, le 7 septembre dernier, une représentation donnée en extérieur dans le Franklin D. Roosevelt Four Freedoms Park de Roosevelt Island. En effet, la chaleur et l'humidité auraient causé l'épuisement et l'évanouissement de plusieurs des mannequins participant à la prestation, donnant lieu à plusieurs mauvaises critiques.

"C'est un adulte"

Une autre source, proche de Kanye West, réfute cependant l'appellation de "crise" et précise que l'artiste a simplement accueilli les critiques "avec déception" et s'est immédiatement remis au travail, en tâchant de tirer au mieux les leçons de ces erreurs, en vue de prochaines performances. Quant aux rumeurs selon lesquelles le chanteur aurait jeté de rage son téléphone en apprenant la nouvelle, "ce ne serait pas la première fois" ajoute la source.

Une nouvelle source de stress pour le chanteur, dont les dernières semaines n'ont pas été de tout repos. Il a en effet interrompu sa tournée pour être aux côtés de son épouse, Kim Kardashian, suite à l'agression dont elle a été victime à Paris.

Lu dans le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !