A Tokyo, des maisons se transforment en cimetières<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le prix de ces tombes frôle les 4 050 euros, et la location annuelle de l’emplacement avoisine les 200 euros.
Le prix de ces tombes frôle les 4 050 euros, et la location annuelle de l’emplacement avoisine les 200 euros.
©

Transformer

Confrontés au manque de place, des Japonais ont trouvé une astuce pour conserver les urnes.

Ce n'est pas une nouveauté : au Japon, le manque de place est un problème récurrent. Que ce soit pour les maisons, les magasins, ou encore les restaurants, on cherche à gagner de l’espace en construisant en hauteur. Il en est de même pour les cimetières, rapporte le site Aujourd'hui le Japon.

La pénurie d’espace a conduit les Japonais à créer des bâtiments uniquement prévus à cet effet. De l’extérieur, cela ressemble à une maison moderne sur plusieurs étages. Dans une grande pièce on peut voir de nombreuses tombes soigneusement disposées les unes à côté des autres.

Comme dans un cimetière habituel, on peut y déposer des offrandes. Au Japon, il est de coutume de faire brûler des encens, mais on peut aussi fréquemment voir toutes sortes d’objets, tels que des canettes de bières, des raquettes de ping pong ou même de la nourriture, que le défunt appréciait.

Le prix de ces tombes est autour de 400 000 yens ( 4 050 euros) et la location annuelle de l’emplacement avoisine les 20 000 yens par an (202 euros). Si par malheur la famille ne peut plus payer le "loyer", l’emplacement est libéré et l’urne est alors déposée dans une sorte de fosse commune.

Lu sur Aujourd'hui le Japon

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !