Japon : une offre de travail proposant de devenir ninja cartonne, notamment chez les étrangers | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Japon : une offre de travail proposant de devenir ninja cartonne, notamment chez les étrangers
©scion_cho / Flickr

Ca change de McDo

Japon : une offre de travail proposant de devenir ninja cartonne, notamment chez les étrangers

Le château de Nagoya, qui avait lancé une offre d'emploi pour embaucher des ninjas, a reçu 235 candidature. De nombreux Français ont postulé.

La mystérieuse voie du ninja semble intéresser plus les étrangers que les Japonais. Aichi, une région nippone a récemment lancé une offre d'emplois pour embaucher à plein temps des guerriers espions de l'époque féodale, appelés ninjas pour son château de Nagoya. A sa grande surprise, la région a reçu 200 candidatures d'étrangers, près de six fois plus que de Japonais. "Nous avons été assaillis de candidatures et de questions. Nous ne nous attendions pas à un tel intérêt" de la part d'étrangers parmi lesquels figurent des Russes et un grand nombre de Français.

Malheureusement, ils ne seront que six élus à pratiquer l'art du ninjustu. Et la sélection est rude. Les finalistes étrangers ne sont qu'au nombre de 13, et viennent  des Etats-Unis, de France ou encore d'Italie. De nombreux canddiats ont été éliminés, car ils n'ont pu payer le voyage pour venir participer aux auditions la semaine prochaine. Vingt-quatre Japonais ont par ailleurs été présélectionnés.

Les heureux élus devront réaliser des figures acrobatiques, pratiquer l'art du lancer du "shuriken" et prendre des photos avec les touristes. Un ninja sélectionné gagnera l'équivalent de 1430 euros mensuels. La fiche de poste précise également que les sélectionnés devront effectuer un mois d’entraînement au Japon, en avril 2016, avant leur prise de fonction, prévue pour le 1er mai. 

Lu sur 20 minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !