Italie : l'armée se lance dans la production de cannabis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
L'armée italien devrait maintenant produire entre 80 et 100 kilos de cannabis par an.
L'armée italien devrait maintenant produire entre 80 et 100 kilos de cannabis par an.
©Reuters

Etonnant

Italie : l'armée se lance dans la production de cannabis

D'après le ministère de la Défense, cette décision a pour but de produire des médicaments moins coûteux que ceux actuellement importés en Italie.

Bientôt en France ? Avec l'accord du ministère italien de la Santé, l'armée pourra en effet prochainement commencer à produire du cannabis à des fins thérapeutiques. A Rome, la ministre de la Défense Roberta Pinotti et la ministre de la Santé Beatrice Lorenzin ont signé un accord allant dans ce sens, ce jeudi 18 septembre.

Parallèlement à cet accord, la ministre de la Défense a déclaré : "Il s'agit de produire des médicaments pour des pathologies extrêmement graves, comme la sclérose en plaques ou pour la thérapie de la douleur" ajoutant qu'il ne fallait pas attribuer à cette décision "une quelconque valeur idéologique ou culturelle, il s'agit d'une opération uniquement dans l'intérêt des malades".

Cet accord a pour but de produire des médicaments moins coûteux que ceux actuellement importés en Italie. La culture du cannabis thérapeutique se fera dans une caserne de Florence, baptisée "Établissement chimique et pharmaceutique militaire", à propos de laquelle la ministre de la Défense a déclaré : "Les capacités du monde militaire italien sont souvent méconnues ou sous-estimées. À Florence, nous avons tout ce qu'il faut pour lancer la production". Une production qui devrait, en tout cas, se chiffrer entre 80 et 100 kilos par an.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !