Islamistes radicaux et parents maltraitants : bientôt un traitement pour les soigner | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Islamistes radicaux et parents maltraitants : bientôt un traitement pour les soigner
©Reuters

Grands malades

Islamistes radicaux et parents maltraitants : bientôt un traitement pour les soigner

Selon Kathleen Taylor de l'Université d'Oxford, des techniques sont déjà à l'étude pour traiter le fondamentalisme comme un autre trouble mental.

Les fondamentalistes religieux et les parents violents sont malades, selon la neurologue en vue Kathleen Taylor. La chercheuse a donné une conférence à l'occasion du Festival Hay de littérature et d'arts, selon le Times. Interrogée au sujet des futures avancées intéressantes dans le domaine des neurosciences, la spécialiste a évoqué de futurs traitements destinés à guérir les croyances extrêmes.

De nouveaux traitements pourraient éclore, grace à une redéfinition de ce que sont les croyances, les croyances anormales et les troubles mentaux.

"Prenez quelqu'un qui par exemple s'est radicalisé dans une idéologie cultuelle : on pourrait cesser de voir cela comme un choix personnel résultant du libre arbitre et commencer à traiter cela comme une sorte de trouble mental", a-t-elle fait remarquer. "Cela pourrait être très positif, de nombreuses façons, parce qu'il existe sans aucun doute des croyances dans notre société qui font beaucoup de mal, de graves dommages", a-t-elle ajouté.

Toutes les croyances sont à prendre en compte, pas seulement les croyances religieuses, a précisé la chercheuse, en instant sur le fait que les débouchés peuvent être très vastes.

"Et je ne parle pas seulement de l'intégrisme religieux, islamique par exemple. Je parle aussi de la croyance selon laquelle il est normal de battre en enfant." "Ces croyances sont très dommageables mais elles ne sont pas généralement considérées comme une maladie mentale."

Lu sur Le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !