Ile d'Oléron : le coq Maurice est mort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Ile d'Oléron : le coq Maurice est mort
©XAVIER LEOTY / AFP

Symbole de la ruralité

Ile d'Oléron : le coq Maurice est mort

Le coq de Saint-Pierre-d'Oléron, qui avait tant fait parler de lui, ne chantera plus. Le coq Maurice a été victime de l'épidémie de coryza qui sévit dans l’île de Charente-Maritime.

La nouvelle a été dévoilée ce jeudi 18 juin. Le célèbre coq Maurice est décédé du coryza depuis plusieurs jours. Devenu un emblème, ce coq avait été au centre d’un procès pour troubles du voisinage. Les plaignants avaient été déboutés au nom de la ruralité et des droits des autochtones. 

Le coq Maurice était malade depuis des mois. Sa santé déclinait inexorablement malgré les consultations, les vitamines et les piqûres du vétérinaire.

Un matin, sa propriétaire l’a trouvé mort au pied de son perchoir. Il s'est éteint début mai, "juste avant le déconfinement", a expliqué sa propriétaire Corinne Fesseau, de Saint-Pierre-d'Oléron. 

Le coq Maurice aura connu son quart d’heure de gloire en posant auprès d’officiels et hommes politiques. Le coq Maurice était devenu le représentant de la cause de la ruralité.

Corinne Fesseau et son mari Jacky se sont exprimés après la perte du coq : 

"Nous avons décidé de lui trouver immédiatement un successeur et Maurice II, qui est le propre frère utérin de Maurice I, a fait son entrée au poulailler familial accompagné de deux nouvelles poulettes". 

Il n’était pas question en effet pour Corinne Fesseau et son association "que la bataille ait eu lieu pour rien". Et ils ont visiblement fait le bon choix puisque Maurice II serait un bon chanteur. 

L’association de soutien qui s’était formée pour la défense du coq Maurice va être dissoute. 

Maurice repose sous des rosiers, en face des fenêtre de la cuisine de Corine Fesseau, dans une partie du jardin familial.

France Bleu

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !