Il n'existe plus de rue au nom du maréchal Pétain en France ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Il n'y a plus de rue au nom de Pétain en France
Il n'y a plus de rue au nom de Pétain en France
©DR

Débaptisation

Il n'existe plus de rue au nom du maréchal Pétain en France !

Une rue au nom du maréchal Pétain, la dernière en France, a été débaptisée et sera prochainement renommée après une consultation de la population, a indiqué jeudi le maire du village de Belrain (Meuse).

Philippe Pétain a marqué l'histoire de la France. Et plus de cinquante ans après sa mort, il fait encore l'actualité. En effet, ce jeudi, une rue dans le village de Belrain (Meuse) portant son nom, la dernière en France, a été débaptisée et sera prochainement renommée après une consultation de la population. "La rue Pétain existait depuis les années 1930, sans que cela ne fasse véritablement de remous", a expliqué Patrick Gondouin, maire du village qui compte une quarantaine d'habitants.

"Mais lorsque j'ai été élu maire en 2008, ça m'avait titillé: je me doutais qu'un jour ou l'autre, ça allait poser un problème", a-t-il poursuivi. La rue a finalement été débaptisée le 14 mars, à l'issue d'un conseil municipal extraordinaire, par sept voix pour et une contre. L'élu a alors lancé une consultation auprès de la population pour trouver un nouveau nom à la rue. Parmi les propositions des administrés, les noms de Stéphane Hessel ou Raymond et Lucie Aubrac ont notamment été recensés.

"Mais quatre propositions se détachent: Dom Grégoire Berthelet, un moine bénédictin du XVIIIè siècle spécialiste du droit canon, ou des noms en rapport avec le lieu de la rue", a souligné le maire, qui dit "ne pas avoir de préférence particulière". Le conseil municipal de la commune devra trancher lors d'une prochaine réunion, courant avril, a-t-il encore indiqué.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !