Grande-Bretagne : les parlementaires matent du porno au lieu de faire leur boulot | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les parlementaires britanniques sont accros au porno
Les parlementaires britanniques sont accros au porno
©Reuters

Coquinou coquinou

Grande-Bretagne : les parlementaires matent du porno au lieu de faire leur boulot

Près de 300 000 "tentatives de connexion à des sites pornographiques" ont été enregistrées entre mai 2012 et juillet 2013 depuis des ordinateurs du Parlement britannique.

Les députés britanniques sont accros aux sites porno. Non, ce n'est pas une blague. Selon des chiffres officiels publiés ce mercredi, les ordinateurs du Parlement britannique servent essentiellement à mater des films X. En effet, près de 300 000 "tentatives de connexion à des sites internet répertoriés comme pornographiques" ont été enregistrées entre mai 2012 et juillet 2013. Ces chiffres ont été communiqués par le Parlement, en réponse à une demande formulée par le site britannique du Huffington Post

Interrogée par le Huffington Post, la porte-parole du Parlement n'a pas fourni d'explication à ces variations dans le nombre de connexions. Selon le site d'information en ligne, près de 5 000 personnes travaillent au Parlement. Donc ce ne sont pas nécessairement les parlementaires qui sont en cause. Autre "bizarrerie" relevée dans l'usage d'internet dans un Parlement :  52 000 visites sur des sites de rencontres extraconjugales ont également été relevées entre janvier et juillet 2013.

"Nous ne considérons pas que ces chiffres fournissent une représentation correcte du nombre de tentatives délibérées, du fait de la variété de façons dont les sites fonctionnent, réagissent et interagissent", a réagi une porte-parole de la Chambre des communes. "Un utilisateur peut accéder à un site contenant des liens optionnels ou automatiques vers d'autres sites (sans les ouvrir), ce qui est malgré tout enregistré comme une requête", a-t-elle ajouté.

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !