Grand amour : votre 5e partenaire devrait être le bon, selon une étude | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Grand amour : votre 5e partenaire devrait être le bon, selon une étude
©Reuters

Les mystères de l'amour

Grand amour : votre 5e partenaire devrait être le bon, selon une étude

Vous en êtes à votre 5e partenaire ? Stop : il se pourrait que ce soit le bon, le seul, le vrai. C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude menée par MSN.

Les mystères de l'amour enfin dévoilés ? Pas tout à fait... Mais des indices toujours bons à prendre. Selon une étude menée par MSN et rapportée par le Daily Mail, c’est à partir du 5e partenaire que vous savez réellement ce que vous voulez d’une relation. Et statistiquement, les chances de rester avec cette personne augmentent exponentiellement.

L'étude, qui a été menée en interrogeant quelque 2 000 hommes et femmes, a montré que le nombre de partenaires sexuels avant votre relation actuelle a un impact sur sa réussite. Et c’est donc à partir du 5e que vous vous rapprochez du bon, ou de la bonne. D'après l'étude, 25 % des hommes et des femmes interrogés pensent que leur partenaire doit avoir eu suffisamment de partenaires avant eux, et chiffre ce nombre à quatre. Cependant, 20 % des hommes continuent de penser que la femme idéale doit être leur première partenaire.

D’après Corinne Sweet, psychologue pour MSN, cette attente du 5e partenaire s’explique par le fait que vous êtes alors plus sûr de vous : "La plupart des gens qui s’engagent dans une relation sérieuse espèrent que cela va durer pour toujours. Peu savent que c’est uniquement à partir de leur 5e partenaire qu’ils savent ce qu’ils veulent, et arrivent à en parler à leur partenaire", explique-t-elle. 

Autre enseignement de l’étude : le trait de caractère qui semble le plus plaire à la fois aux hommes et aux femmes est le sens de l’humour.

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !