Gérard Depardieu se fâche contre la France, qui risque de devenir un "Disneyland peuplé d'imbéciles" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Gérard Depardieu se fâche contre la France, qui risque de devenir un "Disneyland peuplé d'imbéciles"
©Capture BFMTV

En grande forme

Gérard Depardieu se fâche contre la France, qui risque de devenir un "Disneyland peuplé d'imbéciles"

L'acteur se réjouit également de son amitié avec Vladimir Poutine, dont il apprécie le "côté hooligan".

C'est chose connue : Gérard Depardieu est un bon client. Dans un entretien publié par le journal italien Corriere della Sera, l'acteur français a démontré une nouvelle fois tout son sens de la rhétorique, délivrant plusieurs punchlines d'anthologie. Il débute par un concert de louanges pour son ami Vladimir Poutine, confiant apprécier son "côté hooligan".

Très remonté contre son pays d'origine, Depardieu affirme ne plus se considérer comme Français. "Je suis un citoyen du monde", lance-t-il. "La France risque de devenir un Disneyland pour les étrangers, peuplé d'imbéciles qui font du vin et du fromage qui pue pour les touristes. Il n'y a plus de liberté, les gens sont manipulés". Journal italien oblige ? Il brosse dans le sens du poil nos voisins transalpins. "En Italie, heureusement, vous n'avez pas perdu votre culture et votre identité. Parce que vous êtes un pays jeune, né avec Garibaldi. Contrairement à la moitié de l'Europe qui avec la peur des migrants est devenue un peu fasciste". 

L'interprète inoubliable de Cyrano de Bergerac cogne aussi sur une de ses victimes favorites : le monde du cinéma actuel. "Le cinéma n'existe plus. Il y a un monde du divertissement, les gens, terrorisés par les Américains, ne savent plus quelle langue parler. Il y a dix stars et elles sont toutes américaines. Leurs films bourrés d'effets spéciaux sont des jeux, et le reste du cinéma a du mal à exister".

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !