François Fillon et "son esprit de bravade" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Fillon et "son esprit de bravade"
©Reuters

Punk is not dead

François Fillon et "son esprit de bravade"

L'ancien Premier ministre a créé l'hilarité des réseaux sociaux en racontant ses faits de jeunesse.

Qui aurait crû que, derrière cette raie impeccable et des chaussettes rouges Made in France, se cache  un rebelle, prompt à faire les 400 coups ? Enfin, en tout cas, lorsqu'il était jeune. Dans Gala, François Fillon cherche vraisemblablement à se débarrasser de son image un peu trop lisse. Alors quoi de mieux que de raconter sa jeunesse mouvementée (ou presque) qu'il définit lui-même comme  "son esprit de bravade."

Avec un poster du Général de Gaulle au mur, on est pourtant loin de l'esprit punk. "Je vous rassure, à côté de celle du géné­ral, il y avait les Rolling Stones !" promet- il. Pire, il n'a pas hésité à "lancer une ampoule lacri­mo­gène pendant une heure d’étude surveillée" et même "ravitailler ses amis en boissons et biscuits."

Evidemment, François Fillon n'a pas non plus résisté à s'impliquer dans mai 68. "Cela n’avait rien de poli­tique" insiste-t-il. "Simple­ment, nous étions à la campagne et les bruits de la ville nous parve­naient de manière très diffuse. Nous avons donc fait le mur un soir, avec toute ma classe pour aller voir ce qui se passait de plus près. Mais, comme je suis ensuite rentré chez moi pour dormir, les gendarmes ont pu retra­cer mon itiné­raire et retrou­ver mes cama­rades cachés dans une grange. L’aven­ture a tourné court." Et ça ne se passait pas mieux à la maison en raison de son "caractère rebelle" et de "son insolence." Avec ses parents, ils avaient "des discus­sions animées à table."

Sur les réseaux sociaux, l'interview a surtout fait beaucoup rire les internautes. Pas sûr que François Fillon y trouve son compte.

Lu sur Gala

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !