Florange : la stèle de François Hollande vendue 3 000€ | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La stèle des promesses de François Hollande.
La stèle des promesses de François Hollande.
©Reuters

Souvenir souvenir

Florange : la stèle de François Hollande vendue 3 000€

Un entrepreneur lorrain en a fait l'acquisition et fera prochainement connaître ses motivations.

Selon le syndicat FO de Florange (Moselle), la stèle aux promesses non tenues de François Hollande, qui avait été retirée d'eBay à la fin du mois d'août, a finalement été vendue à un entrepreneur lorrain. Ce dernier aurait déboursé 3 000€ pour s'offrir ce symbole de l'échec du président de la République sur le dossier Florange. "L'acquéreur fera connaître son identité et ses motivations le 16 septembre lors de la récupération de la stèle au local syndical de Florange", a indiqué à Reuters Frédéric Weber, l'un des responsables du syndicat.

Le délégué raconte : "Quand eBay a retiré l'annonce, on a eu une dizaine de contacts dont trois sérieux. Deux personnes voulaient l'acheter 3.000 euros, l'une qui voulait l'utiliser à des fins politiques et un chef d'entreprise lorrain qui voudrait la faire vivre dans un autre combat". François Hollande avait promis qu'il ferait tout pour assurer la pérennité des hauts-fourneaux et avait promis le vote d'une loi pour empêcher la fermeture d'un site industriel rentable. Une promesse réalisée dans le cadre de la campagne présidentielle de 2012. Le syndicat FO précise que le produit de la vente de la stèle ira pour moitié aux Restos du coeur et pour moitié aux œuvres sociales de Force Ouvrière.

Nicolas Sarkozy avait également eu droit à une stèle immortalisant les promesses qu'il n'avait pu tenir à Gandrange. Celle-ci avait été érigée en 2009 par la CFDT à l'entrée d'une usine ArcelorMittal. La stèle en granit gris avait été installée après la fermeture de l'aciérie du site qui avait mis au chômage quelque 600 métallurgistes. La CFDT y avait fait graver en lettres d'or la phrase : "Ici reposent les promesses de Nicolas Sarkozy faites le 4 février 2008 à Gandrange : 'Avec ou sans Mittal, l'Etat investira dans Gandrange'." Cette stèle avait finalement été volée en janvier 2012.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !