FIAC : une sculpture de 12 mètres de haut représentant une levrette ne sera pas exposée dans le jardin des Tuileries | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
FIAC : une sculpture de 12 mètres de haut représentant une levrette ne sera pas exposée dans le jardin des Tuileries
©FRANCOIS GUILLOT / AFP

Art

FIAC : une sculpture de 12 mètres de haut représentant une levrette ne sera pas exposée dans le jardin des Tuileries

Selon l'artiste, l'oeuvre symbolise la façon dont "les hommes domestiquent la planète, comment ils peuvent aussi l’améliorer".

Le centre de Paris l'a echappé belle : le "Domestikator", une sculpture-habitacle de la coopérative néerlandaise Atelier Van Lieshout ne sera pas exposée dans les jardins des Tuileries, bien que cela était prévu à l'occasion de la Foire internationale d’art contemporain (FIAC) 

Cette oeuvre de 12 mètres de haut, érigée à Bochum, en Allemagne, en 2015, a été refusée par la direction du Louvre, à cause de son caractère sexuel. Difficile de ne pas y voir un couple en position de levrette. L'artiste, Joop Van Lieshout, se défend pourtant de toute provocation gratuite : "Il n’y a rien de bestial dans le Domestikator. Mon propos, c’est comment les hommes domestiquent la planète, comment ils peuvent aussi l’améliorer."

Dans un courrier adressé à la FIAC le 26 septembre, le président du Louvre, Jean-Luc Martinez, explique que "des légendes sur Internet circulent et attribuent à cette œuvre une vision trop brutale qui risque d’être mal perçue par notre public traditionnel du jardin des Tuileries." En outre, elle devait être installée près d'un jardin d'enfants. Joop Van Lieshout estime, lui, qu'à Bochum, "es gens y ont vu quelque chose de drôle mais pas décadent. Et si des enfants y voient quelque chose de sexuel, c’est qu’ils sont en âge de le voir."

Le Louvre veut peut-être éviter que ce répète la polémique qui avait entourée l'installation d'un plug anal géant sur la Place Vendôme, en 2014. L'objet gonflable avait été vandalisé au bout de trois jours, puis retiré.

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !