Faire du vélo en toute sécurité avec un casque/airbag invisible, c'est désormais possible | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Le casque/airbag pour une sécurité maximum à vélo
Le casque/airbag pour une sécurité maximum à vélo
©Capture écran

Sécurité

Faire du vélo en toute sécurité avec un casque/airbag invisible, c'est désormais possible

Il s’agit d’un couvre-nuque qui déploie un casque gonflable lorsqu'une collision est détectée.

En 2010, selon The Atlantic, il y a eu près de 800 décès de cyclistes aux Etats-Unis et au moins 2 100 en Union européenne, la majorité résultant de traumatismes crâniens. Bien que les casques soient un moyen efficace de protection contre les blessures à la tête, le quotidien américain cite une récente étude qui montre que la moitié des cyclistes roulant en zones urbaines n'en portaient pas, pour des raisons allant de la gêne à l'inélégance. Mais un concept révolutionnaire, relayé par The Atlantic, devrait permettre de sécuriser tous les cyclistes : le casque gonflable et invisible.

Non ce n'est pas un canular (la vidéo vous le prouvera) : une société suédoise a mis au point un produit de la sorte. Appelé Hövding Helmet, il s'agit en réalité d'un couvre-nuque qui déploie un casque fonctionnant comme un airbag pour vélo. Le concept est simple : le Hövding se porte autour du cou, laissant ainsi la tête à l'air libre et s’ouvre rapidement lors de la détection d’un choc. Grâce à des capteurs qui détectent les mouvements, le casque distingue les changements d’angles et fait la différence entre une conduite normale du vélo et un accident. En cas de chute, ce casque s’ouvre et se gonfle dans un temps record de 0,1 seconde avant la collision, note The Atlantic.

Le produit est déjà en vente sur la boutique en ligne de la marque Hövding, pour la somme de 399 euros.

Lu sur The Atlantic

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !