Etats-Unis : un milliardaire arrêté après avoir avoué des meurtres à son insu <!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Croyant son micro éteint, le milliardaire a murmuré : "Et merde, qu’est-ce que j’ai fait? Je les ai tous tués, bien sûr".
Croyant son micro éteint, le milliardaire a murmuré : "Et merde, qu’est-ce que j’ai fait? Je les ai tous tués, bien sûr".
©

Maladresse

Le dernier épisode d'une série documentaire sur la vie de Robert Durst devait être diffusé dimanche 15 mars sur la chaîne américaine HBO.

Depuis plusieurs années, le milliardaire américain Robert Durst était soupçonné du meurtre de sa femme, pour lequel il avait été acquitté, ainsi que de celui de son voisin. Dans le dernier épisode d'une série documentaire consacrée à sa vie "La malchance: la vie et les morts de Robert Durst", le milliardaire murmure : "Et merde, qu’est-ce que j’ai fait? Je les ai tous tués, bien sûr" pensant que son micro sans fil était éteint, alors qu'il se trouvait aux toilettes.

L'héritier du gigantesque empire immobilier qui porte son nom a été arrêté samedi 14 mars dans un hôtel de La Nouvelle Orléans, puis placé en détention pour l'assassinat d'une amie de son épouse, Susan Berman, abattue en Californie en 2000. "Bob Durst n’a pas tué Susan Berman (...) Il est prêt à faire taire les rumeurs et à être jugé" a déclaré son avocat à la suite de cette arrestation. 

"J’étais assis dans la salle de montage avec mes associés et nous avons secoué nos têtes d’étonnement. Ca nous a pris un moment avant de réaliser ce que cela signifiait. C’était vraiment glaçant d’entendre ça (...) Nous étions en contact avec les enquêteurs ces deux dernières années donc quand on a découvert l’épisode des toilettes, nous les avons contactés pour leur dire" a quant à lui expliqué Andrew Jarecki, le réalisateur du documentaire.

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !