Etats-Unis : un homme dévoré par un ours dans le parc de Yellowstone | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etats-Unis : un homme dévoré par un ours dans le parc de Yellowstone
©Reuters

Grosse faim

Etats-Unis : un homme dévoré par un ours dans le parc de Yellowstone

Selon responsables du parc de Yellowstone, une femelle grizzli adulte et un ourson auraient attaqué et partiellement dévoré un homme.

Un drame a eu lieu dans le célèbre parc de Yellowstone (Etats-Unis), visité par plus de trois millions de personnes chaque année : un randonneur a été tué et partiellement dévoré, ont annoncé ce dimanche les autorités.

Le corps de la victime - dont l'identité n'a pas encore été dévoilée - a été découvert vendredi. Il porte des traces de blessures sur les bras, qui montrent qu'il s'est défendu. "Si l'on se base sur les empreintes trouvées sur place, il semble qu'une femelle grizzli adulte et un ourson étaient présents et impliqués dans l'incident", ont indiqué les gardes forestiers du parc dans un communiqué. Ils indiquent que le corps "a été découvert partiellement dévoré et caché" à moins d'un kilomètre d'un sentier de randonnée.

Les gardes ont installé des pièges à ours et, si les grizzlis qui ont attaqué l'homme sont capturés, ils seront euthanasiés. "Nous ne pourrons peut-être pas établir les circonstances exactes de cette attaque mais nous ne prendrons aucun risque concernant la sécurité du public", a déclaré Dan Wenk, le responsable du parc.

Dans l'immédiat, la zone autour du sentier concerné a été fermée au public. Les rangers du parc rappellent les consignes de sécurité de base dans la zone : les randonneurs ne doivent se déplacer que sur les chemins balisés, en groupe de trois personnes ou plus et emmener un produit spray répulsif faisant fuir les ours.

Lu dans Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !