Etats-Unis : le cœur d'un bébé sauvé par une imprimante 3D | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le chirurgien a été bien aidé par l'imprimante 3D
Le chirurgien a été bien aidé par l'imprimante 3D
©Reuters

A cœur ouvert

Etats-Unis : le cœur d'un bébé sauvé par une imprimante 3D

L’hôpital s’est vu fournir une réplique du cœur de l’enfant qui a permis la réussite de l’opération.

Le progrès peut apporter de très bonnes nouvelles. C’est le cas aux Etats-Unis où un bébé de 14 mois, né avec quatre malformations congénitales du cœur, a été sauvé par une imprimante 3D. En effet, le jeune enfant devait se faire opérer le 10 février dernier au Kosair Children’s Hospital, de Louisville. Les médecins craignaient que le manque de visibilité des scanners les empêche de bien faire leur travail. C’est alors que le chef radiologue de l’établissement a eu l’idée de solliciter l’université de Louisville qui possède un centre de prototypage utilisant les imprimantes 3D. Impressionné par les joies de cette nouvelle technologie lorsqu’il a visité le lieu peu de temps auparavant, il a pris les choses en main.

L’université a fourni une réplique du cœur de l’enfant dans une texture proche de celle d’un cœur humain avec un modèle grossi une fois et demie et découpé en trois parties. C’est alors que le chirurgien cardiologue s’est vu faciliter la tâche réparant le cœur de l’enfant en une seule opération. . "Dès que j'ai eu le modèle, j'ai su exactement ce que je devais faire et comment. Les gens pensent que lorsqu'on opère un cœur, on peut tout voir parfaitement, ce qui est faux, car, pour cela, il faut couper à travers des structures vitales.

Parfois, le chirurgien doit deviner quel est le meilleur geste à faire", a expliqué le chirurgien. L’impression 3D figure plus que jamais dans les petits papiers de la santé. Certains scientifiques n’hésitent pas à dire que l’impression de tissus humains permettra de créer un vrai cœur humain d’ici dix à quinze ans.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !