Espagne : un festival de corrida annulé après la mort de taureaux nommés "Féministe" et "Nigérien" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Un festival de corrida a été annulé en Espagne à cause du nom de taureaux tués.
Un festival de corrida a été annulé en Espagne à cause du nom de taureaux tués.
©JORGE GUERRERO / AFP

Wokisme

Espagne : un festival de corrida annulé après la mort de taureaux nommés "Féministe" et "Nigérien"

La maire socialiste de la ville de Gijón a estimé que les organisateurs ont utilisé la corrida pour "montrer une idéologie contraire aux droits de l'Homme".

La ville de Gijón, dans le nord de l'Espagne, a annulé jeudi son festival de tauromachie centenaire, après que deux des taureaux tués cette semaine aient été nommés "Féministe" et "Nigérien".

"Le festival de tauromachie est terminé", a déclaré la maire socialiste de la ville, Ana González. "Ils ont franchi différentes limites (...) une ville qui croit à l'égalité entre les hommes et les femmes, qui croit à l'intégration, qui croit aux portes ouvertes pour tout le monde ne peut pas permettre que ce genre de choses se produisent."

La maire a estimé que la corrida était "utilisée pour afficher une idéologie contraire aux droits de l'homme".

Les organisateurs du festival se défendent en affirmant n'être pas responsables de la façon dont les taureaux sont nommés. Le syndicat représentant 345 éleveurs de taureaux de combat, Unión de Criadores de Toros de Lidia, explique que les noms répondent à une réglementation établie par le ministère espagnol de l'Agriculture. Dans un communiqué, l'organisation a expliqué que les noms sont donnés pour faciliter la traçabilité des taureaux et que le protocole prévoit que les taureaux reçoivent le nom de leur mère. Les taureaux abattus le week-end dernier "descendaient des vaches Feministe et Nigérien", assure le syndicat.

À Lire Aussi

Guérilleros de la justice sociale : tout ce que les woke ne voudraient pas que vous sachiez d’eux
The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !