Equipe de France : Steve Mandanda, blessé, renonce au Mondial | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Equipe de France : Steve Mandanda, blessé, renonce au Mondial
©Reuters/Charles Platiau

Forfait

Equipe de France : Steve Mandanda, blessé, renonce au Mondial

Il devrait être remplacé par Stéphane Ruffier, le gardien de Saint-Etienne, qui avait été convoqué en tant que réserviste par Didier Deschamps.

Terrible désillusion pour Steve Mandanda ! Le gardien numéro 2 des Bleus ne partira pas au Brésil pour la prochaine Coupe du monde. Le joueur, blessé aux cervicales lors de la dernière journée de championnat ce samedi soir, l’a annoncé lui-même sur son compte Twitter. « C'est avec tristesse que je vous annonce que malheureusement je ne pourrai tenir ma place au Mondial » a écrit sur le réseau social le capitaine de l’Olympique de Marseille.

Blessé dans un choc avec l’attaquant de Guingamp Mustapha Yatabaré, Steve Mandanda devra soigner pendant six semaines ses cervicales, selon le diagnostic livré dimanche. «Steve Mandanda présente une fissure stable de la première vertèbre cervicale et une entorse cervicale. Ceci l’obligera à porter une minerve pendant trois semaines et à suivre une période de rééducation équivalente», a expliqué le docteur Christophe Baudot, médecin de l’OM sur le site du club.

 

Mardi dernier, Didier Deschamps a donné sa liste des 23 et des sept réservistes pour le Mondial. Dans les 23, derrière Hugo Lloris, gardien numéro 1, il y avait le portier marseillais, habituel numéro 2 et Mickaël Landreau en numéro 3. Parmi les sept réservistes figure Stéphane Ruffier, gardien de Saint-Etienne qui devrait donc très probablement être appelé dans les 23 pour Rio. 

Revoir ci-dessous son violent choc avec Mustapha Yatabaré

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !