En 10 ans, les Français auraient perdu 3,8 points de QI | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
En 10 ans, les Français auraient perdu 3,8 points de QI
©Pixabay

Chute libre

En 10 ans, les Français auraient perdu 3,8 points de QI

D'après plusieurs études publiées dans la revue scientifique Intelligence, le quotient intellectuel des sociétés occidentales régresse depuis plusieurs années.

Une trajectoire inquiétante. Selon le résultat de plusieurs études publiées par la revue The Intelligence et citées par Les Echos et BFMTV, le QI moyen des Occidentaux régresse depuis dix à quinze ans. Cette découverte est venue de l'analyse des résultats obtenus aux tests psychométriques. Toute l'Europe du Nord, en particulier, s'est révélée touchée. Les Britanniques auraient perdu en moyenne 14 points de QI depuis la seconde révolution industrielle, et les Français 3.8 points entre 1999 et 2009.

La première explication serait que les personnes bénéficiant d'un quotient intellectuel élevé auraient tendance à faire de longues études, repoussant ainsi l'âge de leur premier enfant, et réduisant ainsi le nombre d'enfants qu'ils ont par rapport aux couches plus défavorisées de la population. Leur représentation au sein de la population globale serait donc plus faible au fil du temps. Autre élément pointé du doigt : l'industrie chimique et la prolifération des fameux perturbateurs endocriniens.

En revanche, la baisse ne peut pas être attribuée aux systèmes éducatifs, puisqu'ils sont très différents selon les pays étudiés. Le facteur du numérique qui freinerait les capacités des jeunes serait également irrecevable, puisque les sociétés asiatiques, férues de nouvelles technologies, sont celles où le quotient intellectuel moyen est le plus élevé. QI, 

Cette baisse intervient après une longue période d'amélioration du quotient intellectuel moyen de la population, tout au long du XXe siècle, sous l'effet des progrès sociaux et en matière de santé. Interrogé par les Echos, Laurent Alexandre explique que le nombre d'accidents à l'accouchement a énormément baissé au XXe siècle, évitant ainsi les problèmes causés par une mauvaise oxygénation du cerveau. Par ailleurs, les carences en iode, élément indispensable au développement cérébral, ont disparu.

Lu sur BFMYV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !