Egypte : une importante cité antique retrouvée dans le delta du Nil | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Egypte : une importante cité antique retrouvée dans le delta du Nil
©Capture d'écran twitter

Découverte majeure

Egypte : une importante cité antique retrouvée dans le delta du Nil

Naukratis, qui signifie "maîtresse des navires" en grec, est décrite par une équipe du British Museum comme "la Hong Kong" de son temps.

Il s'agirait du "Hong Kong de son temps". La cité marchande grecque de Naukratis a été mise au jour alors que l'humanité avait oublié son existence durant des siècles. On peut bien parler de redécouverte car un égyptologue anglais avait trouvé ce site en 1884, mais les scientifiques pensaient que l'endroit n’était pas très important à l'époque. Une équipe du British Museum a retrouvé récemment une partie jusqu'ici totalement inconnue de l'ancienne colonie commerciale, révèle le Guardian.

Naukratis, qui signifie "maîtresse des navires" en grec, était une riche cité marchande, et probablement une importante porte d'entrée pour les marchandises grecques dans le royaume d'Egypte. 10 000 objets anciens dont des figurines dédiées au "festival de l'ivresse", des ruines de temples sacrés ou des restes de navires ont été mis à jour. Les plus anciens remontent au VIIe siècle avant Jésus-Christ.

La découverte permet également d'en savoir plus sur le fonctionnement du commerce à cette époque, dans cette partie du monde. "Jusqu'à maintenant, nous pensions que les vaisseaux s'arrêtaient sur la côte méditerranéenne et qu'ils étaient déchargés par des barges", a commenté le conservateur du British Museum et directeur des fouilles Ross Thomas au Guardian. "Maintenant, on peut assurer que des bateaux de haute mer pouvaient s'aventurer aussi profondément en Égypte".

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !