Des rats paralysés remarchent grâce à un implant neuronal | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des rats paralysés remarchent grâce à un implant neuronal
©Reuters

Espoir

Des rats paralysés remarchent grâce à un implant neuronal

Une avancée qui offre de nouvelles possibilités thérapeutiques pour des personnes paralysées.

Un implant neuronal a permis à des rats rendus paraplégiques de retrouver leur capacité de marcher après quelques semaines de rééducation. C'est ce que révèlent des recherches de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne publiées jeudi 8 janvier dans la revue américaine Science.

Baptisé "e-Dura" en référence à la dure-mère, la gaine protégeant la moelle épinière et le cerveau, cette neuroprothèse est conçue pour être implantée directement sur la moelle épinière. Elle contient des électrodes et un mécanisme de libération de médicaments.

Grâce à son élasticité, l'implant a des propriétés presque identiques aux tissus vivants avec qui il entre en contact. Ainsi, le prototype a été très bien toléré par les rats sur lesquels il a été testé. Il n'a provoqué ni dommage, ni rejet, et ce même après deux mois.

"Une avancée qui offre de nouvelles possibilités thérapeutiques pour des personnes souffrant d'un traumatisme ou de troubles neurologiques, surtout les sujets paralysés à la suite d'une blessure de la moelle épinière", commente Stéphanie Lacour, professeur à l'Ecole polytechnique de Lausanne et coauteur de ces travaux.

E-Dura pourrait être fixée sur le cerveau pour traiter l'épilepsie, la maladie de Parkinson et la douleur chronique. Les auteurs de l'étude prévoient à terme de faire des essais cliniques chez les humains et de mettre au point un prototype pour commercialiser cet implant. 

20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !